MATTHEW HERBERT BIG BAND à Beaubourg 2003

Tournage 7 caméras, réalisé par Jean-Pierre Zirn & Marc Salama
jeudi 30 octobre 2003
popularité : 5%

Matthew Herbert est né à Londres en 1970, Son père est ingénieur du son à la BBC. Il prend des leçons de violon et de piano dès l’âge de 4 ans. À 13 ans, il est pianiste d’un Big Band. Passionné très tôt par les nouvelles technologies musicale, il devient une des grandes figures de la techno anglaise.

Engagé et conscient, il dénonce toujours l’absurdité du monde. Avec son big Band, il renoue avec la tradition de ses origines et offre un swing chaleureux et efficace, à la rythmique soutenue. Salué par la critique, il ne manque pas de rajouter à cette facture classique tous les zestes électros (produits qu’il échantillone sur scène) qui font son originalité, un sculpteur de sons comme le décrit son entourage. (extrait du programme de Mezzo)


Concert sur Mezzo

Vendredi 24 octobre 2003 de 22:50 à 23:50 ( 60 min - 16/9)

Réalisé (directed by) par Jean-Pierre Zirn & Marc Salama

Lieu d’enregistrement : à Beaubourg, en 2003

Genre : Jazz

Stéréo : OUI


Critiques de Presse

Télérama du 18/10/2003 :

Matthew Herbert Big Band

Concert enregistré à Paris en 2003. 60 mn. Inédit.

Sur scène, en costume trois pièces à queue de pie et Santiags à damier noir et blanc, il a l’air d’un démiurge. Lequel tripote les circuits de sa console de mixage, sous les cuivres de son « big band », seize musiciens tirés à quatre épingles.

Matthew Herbert, 31 ans, est un compositeur bidouilleur qui jongle avec les sons et les bruits du quotidien pour en faire la matière première de ses oeuvres. Ainsi ce soir-là, il débute en tapotant sur sa trompette, qu’il fait ensuite semblant d’envoyer valser dans les coulisses. Un bruit sec, capturé illico par ses machines, qui va servir de base rythmique à tout un morceau. Ses compositions sont un savant mélange de cuivres, de cordes et de bruits captés un peu partout (une cuillère à café dans une tasse, les rotatives d’une imprimerie, des cris lors d’une manifestation pacifiste...).

Poète engagé, Herbert aime surtout torpiller les symboles de notre société de consommation. A New York, on l’avait vu réduire en bouillie canettes de Coca et paquets de corn flakes. Ce soir-là, à Beaubourg, il s’en prend aux pages du Figaro, que ses musiciens déchiquètent en rythme. Une mise en scène « swinguante » et délirante. La caméra, qui ne cesse de filmer l’artiste anglais en gros plan, accentue encore le côté décalé et déluré de cette prestation. On atteint des moments de grâce lorsque Dani Siciliano, sa muse éternelle, arrive sur scène dans un sublime décolleté noir et entame quelques classiques du répertoire d’Herbert, extraits d’un de ses meilleurs albums, Bodily Functions.

Emmanuelle Dasque


The Matthew Herbert à Beaubourg 2003

Une coproduction LaSeine.TV (anciennement Productions La Seine) & Absy.com

Une co-réalisation Jean Pierre Zirn & Marc Salama


Lien direct vers Mezzo


Dani Siciliano
Dani Siciliano
Dani Siciliano & Matthew Herbert
Dani Siciliano
The Matthew Herbert Big Band à Beaubourg 2003
Pete Wraight & Dani Siciliano
Dani Siciliano & Pete Wraight
SaxeRSwift.jpg
Saxes.jpg

----
THE MATTHEW HERBERT BIG BAND

Claviers et boîtes magiques

Matthew Herbert

Chant

Dani Siciliano

Trompettes

Adam Linsley

Stuart Brooks

Graham Russell

Andrew Cook

Saxophones

Martin Williams

Simon Niblock

Howard McGill

Richard Pardy

Bob McKay

Trombones

Andy Wood

Gordon Campbell

Chris Cole

John Higginbotham

Piano

Phil Parnell

Contrebasse

Russell Swift

Batterie

Peter Cater

Chef d’Orchestre et Arrangeur

Pete Wraight

Coordination & Management à Paris

Eugénia Melian


Extrait du concert