Décès de Paul Rieger, comédien, ancien de la troupe Louis Jouvet

mercredi 28 décembre 2011

Paul Rieger, 92 ans, l’un des derniers membres de la troupe de Louis Jouvet, a tiré sa révérence le matin de Noël 2011. Chanteur et comédien, il a débuté dans le métier auprès de Jacques Mauclair, Michel Etcheverry, Georges Riquier, Monique Mélinand, Dominique Blanchar et quelques autres…

Jean Dreville et Paul Rieger au Festival Jouvet à Crozon en 1996

Jean Dreville et Paul Rieger au Festival Jouvet à Crozon en 1996

Le plaisir d’être en scène et de faire plaisir aux autres, a été sa façon de vivre sa vie d’homme, amoureux des lettres. Depuis la guerre et ses 4 années de Stalag en Autriche (ou il a fait ses débuts sur les planches car la convention de Genève autorisait les prisonniers de guerre à monter des spectacles), jusqu’aux émissions de radio sur France Culture ces dernières années, en passant par la troupe de Louis Jouvet de 1945 à 1951, il a joué toutes sortes d’auteurs modernes et anciens.

Comme d’autres comédiens de sa génération, son parcours est lié à l’histoire de l’audiovisuel : il a participé aux débuts de la télévision, à l’aventure des dramatiques en direct, avec "la Caméra explore le Temps", un des grands moments de notre culture commune.

Il est de ces comédiens mal connus, dont la tête vous est familière, même si le nom l’est moins. Pendant des années, il a prêté son visage à des téléfilms, sa voix aux doublages internationaux et à des personnages de dessins animés, Tintin y compris. Au cinéma, sa dernière apparition remarquée fut le druide dans le premier Astérix, aux côtés de Depardieu.

Mais, c’est au théâtre qu’il doit ses plus belles rencontres et ses émotions les plus fortes. C’est sur les planches qu’il a vécu son métier auprès de personnages authentiques comme Jean Marais, Jeanne Moreau, et plus récemment, Laurent Terzieff.

À la fin des années 50, le rôle qu’il a le plus joué, près de 500 fois, étant jeune et en pleine santé, est "le Malade Imaginaire", à Paris et en tournée, en salles et en plein air ; pour Molière déjà, tout se mêlait du jeu et de la réalité, de l’humour et de l’amour de la vie.



Toutes les brèves du site

Navigation

Brèves de la rubrique